Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Président de la République,
L'être humain a très peu de conscience, ceci explique l'importance de la corruption et de son obscurité intérieure. Aussi, il est écrit dans le livre de THOTH qu'à notre époque, les démons prendront forme humaine. Cela ne doit pas nous effrayer, car nous avons le pouvoir d'inverser leur énergie par notre conscient.

Pour vous montrer, Monsieur le Président, cette puissance de l'inconscient (énergie), j'ai vu à la télévision un ambassadeur qui a écrit un livre et qui a dit que trois chefs d'État se sont réunis pour éviter la guerre, mais leur force intérieure étant la plus forte, ils n'ont pas pu y parvenir. Ceci montre bien la puissance de l'inconscient qui est un danger, et qui a produit le déluge. Et comme c’est écrit dans le livre de THOTH, où les possibilités humaines sont révélées, il y a déjà eu plusieurs déluges, et il y en aura encore plusieurs. À notre époque, cela ne devrait pas être, car nous sommes sous le signe du Verseau où la connaissance est révélée d'après les grands initiés et les fondateurs de religions. C'est ce que confirme mon livre, qui explique comment passer de la troisième dimension aux quatrième et cinquième dimensions pour ceux qui veulent gravir le chemin vers la connaissance, et en la dominant, cela permet de nous libérer de ce mental, qui est la source de tous nos maux pour attirer l'inconscient.

Pour la justice, comme la médecine, la psychiatrie, l'économie et tout ce qui concerne les sciences dites humaines et de l'esprit conçues par le mental, son enseignement s'inverse à cause de l'importance de l'inconscient, et ceci gravement dans la pratique par rapport à ce qui devrait nous être transmis. Aussi, mon livre sur la maladie mentale, qui permet de l'éviter, facilite la responsabilisation par une prise de conscience, ce qui élève son mental. Ce que je demande, c'est de sortir de ma tutelle abusive, ainsi que les victimes qui sont prisonnières de certificats de complaisance des experts psychiatres, selon ma lettre ouverte adressée le 25 avril 2018 à Madame la Présidente de la 6e cour d'appel d'Aix-en-Provence et visible sur mon blog www.surmental.info, qui m'a valu une coupure volontaire d’Internet par la tutrice, bien que ce soit mon argent et que je ne perçoive pour vivre que 50 € par semaine.

La monstruosité, c'est que l'on m'a affirmé que si ma mandataire judiciaire (tutrice pour le public) est dessaisie, elle fera désigner un autre mandataire pour la remplacer. Ce scandale fait que des justiciables restent sous tutelle et curatelle abusives toute leur vie à cause de ces certificats médicaux de complaisance pour les spoilers et priver les de liberté. Et cela explique que si la justice ne revient pas en arrière, c'est pour ne pas reconnaître son erreur (abusive), et pour ne pas admettre l'existence de ces certificats de complaisance, comme elle le devrait, ce qui forme cette corruption institutionnalisée qui, en l'analysant, paraît aller vers l'infini à cause de l'inconscient. « On présume que leur jugement est plus éclairé que celui des non- psychiatres et on leur attribue un statut d'expert. Ce statut mérite cependant d'être critiqué ».

Serge Portelli, conseiller à la cour d'appel de Versailles, a déclaré : « Le système nous dit d’arrêter de comprendre. Il y a dans chaque profession en France cette instruction de ne plus penser, de ne plus réfléchir, de ne pas comprendre. » Ceci se conçoit, car l'être humain a en lui les symptômes des maladies psychiatriques, aussi son autisme fait qu'il ne cherche pas à entendre comme il le devrait pour comprendre, d'où la schizophrénie de chacun et sa psychopathie due à son ego. Et les livres écrits sur les sciences humaines et sur l'esprit sont écrits à l'envers pour confondre le conscient avec l'inconscient et vice versa, ce que je prouve dans mes écrits. Et cela bloque le mental, faisant que l'être humain n'a pas de libre arbitre au sens premier du terme, pour dépendre de l'inconscient. Aussi, les magistrats qui veulent être honnêtes ne peuvent incontestablement pas réduire la corruption institutionnalisée sans un changement profond de mentalité apporté par le conscient. De ce fait, les magistrats comme les êtres humains en général, sans s’en rendre compte, sont prédisposés par leur comportement à être malades, comme je le prouve dans mon livre réactualisé sur la maladie mentale.

Monsieur le Président, si la justice n'est pas appréciée par les Français, cela est dû au fait que les jugements sont dans la quasi-totalité des cas rendus en fonction de faux en écriture et d’une corruption institutionnalisée à cause de l'importance de l'inconscient qui prédomine. Aussi, le droit s'inverse dans son application, expliquant que le médiateur de la République Jean-Paul Delevoye écrit dans la préface du livre La France des incapables, tout comme la journaliste Valérie Labrousse dans le sien, qu'il n'y a pas de solution pour réduire les abus de la justice tutélaire, qui de ce fait ne peuvent que se développer. Pour qu'il y ait une solution, comme celle d'améliorer votre politique et le bien-être des Français, les êtres humains doivent apprendre à développer leur conscient au détriment de leur inconscient afin de chasser le négatif, dans leur intérêt. Cela facilite la transmutation de son cerveau par l'élévation de son mental pour combattre l'inconscient, et permet de le surpasser afin de continuer notre mutation dans le sens de notre désir, et de retrouver notre liberté, car nous ne sommes pas libres. La preuve, c'est que les chefs d'État ne le sont pas, ce qui fait dire à sri Aurobindo que « les hommes, y compris les plus grands, ne sont rien par rapport à la force cosmique qui les mène ». Théodore Roosevelt avait déjà dit : « Dans le gouvernement ostensible trône un gouvernement invisible n'ayant fait aucune allégeance et ne reconnaissant aucune responsabilité envers le peuple. Détruire ce gouvernement invisible, assister à l'alliance impie entre le commerce corrompu et la politique corrompue est la première tâche de l'homme d'État de notre époque. » Ce gouvernement invisible a été dénoncé par des hommes politiques, sénateurs, responsables de la CIA, etc., ce que vient de confirmer le Président Donald Trump, tout simplement parce qu'il est formé par le double déterminisme, c'est-à-dire la double personnalité humaine. Aussi, tout être humain (et toute entité humaine possède) en lui ce gouvernement invisible, formé par la prédominance de l'inconscient, et qui doit être dominé en élevant son mental par son conscient, pour être maître de soi. La profondeur de l'inconscient paraît aller vers l'infini chez l'être humain, et plus il la découvre pour la dominer, plus son mental s'élève sur le chemin de la connaissance. Ce gouvernement non visible donne l'explication des attentats qui n'auraient pas dû être, des guerres, quand on pense que des États font la course à l’armement pour leur défense nucléaire et se protéger. Nous devons, pour notre sécurité, réduire au maximum l'inconscient en dénonçant son emprise sur le comportement humain afin de le supprimer dans l'instruction et l'éducation, de le vaincre le plus possible dans tous les domaines. En espérant, Monsieur le Président, que cette lettre suscitera des réflexions qui contribueront à faire lâcher prise à l'inconscient, ce qui permettra aussi de réduire le nombre de maladies, le vol, la corruption institutionnalisée et le meurtre.

En attendant, comme c'est le 18 juin 2018 que je passe devant la cour d'appel contre ma mise sous tutelle abusive, pris par le temps, je vous fais adresser par lulu.com, Monsieur le Président, l'ébauche de mon livre réactualisé à l'occasion pour réduire l'inconscient en soi, et que l'on trouve sur mon blog. Cela afin de faire évoluer la psychiatrie, si ce n’est pas de l’annulé selon la demande de la commission Internationale des droits de l’homme. Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma très haute considération.

Jean-Claude MARIE

P.-J. Copie de la lettre mise sur Internet envoyée à Monsieur le Premier Ministre et à Madame la Ministre de la Justice, à Monsieur le procureur Général, Madame la présidente de la cour d’appel et diverses personnalités.